Autour de Sibelius

21 janvier 2021 à 20h00

Grand Théâtre de Québec

Description du concert

– Concert en webdiffusion –

L’Orchestre symphonique de Québec ouvre cette nouvelle année, chargée d’espoir, avec un concert qui surprendra par la richesse de ses œuvres, par la fougue de la cheffe canadienne Tania Miller, et par le jeu « intrépide et innovateur » du violoniste Mark Fewer.

Le programme s’ouvre sur le très patriotique Fanfare for the Common Man du compositeur américain Aaron Copland. Cette œuvre fut composée en 1942, peu après l’attaque de Pearl Harbour, où l’Amérique tentait de mobiliser l’esprit patriotique des Américains. Copland l’écrira dans cet esprit. D’ailleurs, le trompettiste de jazz Terence Blanchard en dira : « Cette pièce donne l’impression d’avoir été composée par Dieu. Chaque fois que je l’entends, elle m’interpelle et me fait réfléchir sur la bonté de l’homme. […] cela aurait pu devenir notre hymne national. »

La deuxième pièce est l’émouvant Nimrod, extrait des célèbres Variations Enigma qui contribuèrent à établir la réputation d’Edward d’Elgar de façon décisive. Les Variations brossent le portrait sonore fantaisiste d’amis du compositeur, ces derniers étant simplement désignés par leurs initiales… d’où l’énigme. Nimrod en est la plus lyrique.

Suivra Épisodes du compositeur contemporain – et très primé – québécois Serge Arcuri : une œuvre commandée par l’Orchestre baroque de Montréal, qui se déroule comme une suite d’aventures romanesques, ayant pour héros le soliste.

Vous pourrez entendre également Zigeunerweisen (Airs bohémiens) de Pablo De Sarasate. La plupart de ses compositions sont inspirées par le folklore d’Espagne et d’ailleurs et les plus célèbres sont ses Danses espagnoles et surtout ses Zigeunerweisen dont il faut chercher la source dans les chants populaires roumains.

Et pour clore ce concert envoûtant, le clarinettiste solo de l’Orchestre, Stéphane Fontaine, nous entraîne dans une œuvre du plus grand symphoniste scandinave : la Symphonie no1 de Sibelius. On a souvent parlé de l’influence de Tchaïkovski pour ses trois premières symphonies, ce qui irritait Sibelius : « Je ne comprends pas pourquoi on compare si souvent mes symphonies avec celles de Tchaïkovski. Les siennes sont très humaines, mais elles représentent le côté doux de la nature de l’homme. Les miennes s’attachent à son aspect dur. »

 

PROGRAMME

AARON COPLAND : Fanfare for the Common Man

EDWARD ELGAR : Nimrod, extrait des Variations Enigma, op. 36

SERGE ARCURI : Épisodes
Soliste : MARK FEWER, violon

PABLO DE SARASATE : Zigeunerweisen, op. 20
Soliste : MARK FEWER, violon

JEAN SIBELIUS : Symphonie no1 en mi mineur, op. 39

 

Ce concert est présenté gratuitement sur la page Facebook et la chaîne YouTube de l’Orchestre symphonique de Québec et sera disponible jusqu’au 26 janvier.

Présenté par

En collaboration avec

Inscrivez-vous à notre infolettre